Chronique des singes de l’espace

merci à Ludo pour cette chronique : ici

ou en copie ci-dessous :

Le dérèglement climatique est une préoccupation trop peu considérée dans notre société de consommation excessive. Malheureusement ces changements sont bien réels et auront des conséquences catastrophiques dans un avenir peut-être pas si lointain. C’est sur ce thème qu’Étienne Cunge nous propose sa vision d’un futur où le monde est dominé par les lobbies et les gouvernements corrompus dont le seul but est de s’enrichir sans se préoccuper des effets chaotiques pour les générations futurs. Un récit d’anticipation nous faisant réfléchir sur notre présent et nous interrogeant sur notre avenir et celui de nos enfants….

Dans un monde gangréné par les conflits religieux, politiques et territoriaux, le changement climatique et la destruction de l’environnement par une exploitation toujours plus importante, les ressources s’épuisent et le réchauffement de la planète libère de nouvelles sources d’exploitation et d’enrichissement sur un continent encore vierge de toute industrialisation : l’Antarctique. Les gouvernements de l’Alliance, sous la pression des lobbies, organisent la Conférence des Parties afin de décider du traitement du continent blanc. Seulement cette terre sauvage n’est pas si inhabitée qu’elle y paraît. Des colons y survivent depuis des générations, vivant du trafic illégal de ces ressources désormais si convoitées. Ils se font appeler les Antarcticas….

Etienne Cunge nous offre un récit captivant et intrigant, qui ne peut laisser indifférent quant à l’avenir de notre monde. Biologiste de formation et aujourd’hui expert dans le domaine du développement durable, il nous peint une planète Terre en perdition, épuisée par la sur-consommation et un système économique et politique basé sur le profit, finalement assez similaire à la société actuelle. C’est en cela que ce « scénario catastrophe » nous intrigue, par son réalisme effrayant d’un futur proche. Mais rassurez vous, l’auteur ajoute à son roman une bonne dose de science-fiction grâce aux évolutions technologiques dont bénéficient ses personnages. L’Intelligence Artificielle est ainsi devenu omniprésente dans ce monde futuriste, aussi bien dans le domaine médical que militaire et même chez monsieur tout le monde. Sous forme d’implant neuronal, ces merveilles de technologies peuvent soigner, améliorer les réflexes, permettre de communiquer, etc…. L’imagination débordante de l’auteur laisse rêveur sur les possibilités d’amélioration de l’humanité et sur le futur humain version 2.0.

L’efficacité de la plume de l’auteur nous permet de suivre les destins croisés de nombreux personnages et nous donne une vision multiple autour de la même problématique qu’est l’exploitation de l’Antarctique et par extension de l’environnement. Malgré ces nombreux protagonistes, l’auteur ne nous perd pas en chemin et nous fait voyager autour du globe pour suivre les évènements découlant de ce conflit mondial. Chaque personnage est intéressant mais la lecture nous pousse à en apprécier certains et à en détester d’autres. Je pense que chacun aura ses préférences et personnellement j’ai été captivé par les Antarticas et John le mercenaire, chaque chapitre les concernant me laissait haletant jusqu’au suivant.

Un grand merci donc à Etienne Cunge et aux éditions Rivière Blanche de m’avoir fait découvrir cet excellent roman d’anticipation rassemblant à peu près tout ce que j’apprécie dans le genre de la science-fiction. En espérant vous avoir donné envie de découvrir cette vision d’un futur qui malgré son pessimisme offre une note d’espoir quoique surréaliste : après l’Homme 2.0 … l’Homme photosynthétique!

Ludo

Fiche technique : Antarcticas ; Auteur : Étienne Cunge ; Ed. Rivière Blanche ; 440 pages ; Prix : 35€

 

Chronique sur babelio

Une autre chronique sur Babelio , merci à son auteur : https://www.babelio.com/livres/Cunge-Antarcticas/1027830/critiques?tri=dt

Copie ci-dessous :

Lavieestunlongfleuvetranquille   25 février 2018
La quatrième de couverture est alléchante.
Ce qui s’annonce pour être un roman relativement simple (mais la science-fiction ne l’est jamais, finalement…) s’avère beaucoup plus complexe, avec un sentiment général d’être un peu trop noyé d’information et de technique pour la fluidité de l’ensemble.

Ce très joli pavé aurait pu gagner en synthèse, à mon sens, tout en laissant le soin au lecteur d’imaginer certaines choses. Nul besoin d’être aussi précis.
L’ensemble, du coup, manque de fluidité et d’une relative finesse littéraire. La faute en revient peut-être à certains protagonistes trop caricaturaux.

Malgré tout l’histoire m’a captivé car l’intrigue est bonne et le rythme est enlevé. L’auteur connait son domaine.

Au final, un premier roman qualifié de cyber thriller et de politique fiction qui tient la route et nous apporte de bons moments de lecture.

Bravo pour ce premier opus !

Nouvelle chronique

Une autre chronique en passant : https://passionsaddict.wordpress.com/2018/03/01/chronique-antarticas/

Merci à son auteur : copie ci-dessous.

Chronique: Antarticas

Auteur: Etienne Cunge    Edition: Rivière Blanche

Résumé:

Le changement climatique impose sa loi de chaos et les économies chancellent un peu plus chaque année. L’Antarctique dégèle, libérant l’accès à des ressources convoitées mais légalement inaccessibles. Pourtant, des hommes braconnent les minerais, traqués par des drones et les gardiens écologiques, de redoutables robots. C’est le cas de Mike, qui est en pleine campagne de prospection lorsqu’il sauve la vie de Jérémy. Mais que cache la fuite éperdue de ce dernier ?

Les deux hommes vont tenter de rallier Blanc Nassau, une course dangereuse de plusieurs centaines de kilomètres dans le Grand Blanc…
Pendant ce temps, en Europe, sous la pression des lobbies, la Conférence des Parties sur le statut de l’Antarctique va débuter et décider du destin des ANTARCTICAS.

Etienne Cunge est biologiste de formation, aujourd’hui expert dans le domaine du développement durable. Amoureux des montagnes et amateur de photographie, il est aussi fasciné par les mondes de l’imaginaire. Il consacre son temps libre à ces passions et nous livre ici un premier roman de fiction, qu’il a conçu comme une aventure et une réflexion prospective à la rencontre des enjeux environnementaux, économiques et humains les plus actuels.

Mon avis: 

Tout d’abord je remercie Philippe Ward de l’envoi de ce SP et d’un autre livre sur l’Italie (magnifique d’ailleurs) merci beaucoup via le site simplement pro, j’ai tout d’abord était attirée par la couverture que je trouve juste magnifique, le résumé et même le titre que j’ai trouvée intriguant. Directement je me suis plongée dans ma lecture et ne voulait pas lâcher le livre.même si il y’a quelques longueurs qui aurait pu peu être être éviter, l’histoire est prenante, il y’a pas mal d’action ce que j’ai apprécié,  j’ai passé un très bon moment lecture. Merci beaucoup. 

Ma note: 4/5

 

première critique officielle

Ci-dessous, le lien vers la  chronique Actu-SF :

http://www.actusf.com/spip/Antarcticas.html

Une critique pertinente bien qu’un peu dure mais que je comprends tout à fait : Antarcticas étant une réflexion prospective basée sur mon expertise environnementale, dans la mesure où ce sujet n’intéresse pas spécialement le lecteur, comme l’indique la critique elle-même, 440 pages c’est un peu long. Mon objectif était de produire une réflexion documentée sur le sujet au travers d’un thriller captivant.

Je ne suis donc pas surpris, ni déçu par cette critique et même plutôt flatté que, compte tenu de ces éléments, la critique ait lu le roman jusqu’au bout et décidé qu’il méritait une chronique et de nombreux points positifs. Antarcticas n’est en effet pas un simple roman classique de science fiction mais bien un cyber-thriller et une politique fiction basé sur les meilleures connaissances disponibles en 2014, au moment de sa rédaction initiale.

Bonne lecture 🙂

Antarcticas en vacances autour du monde

J’ouvre une page « Antarcticas en vacances » pour collectionner vos sympathiques photos de lecture qui me font très plaisir.

Si vous avez aimé mes paysages intérieurs, faites-moi voyager à votre tour en m’envoyant une photo du livre depuis vos lieux de lecture à travers le pays et le monde !
Honneur au premier à l’avoir fait et qui m’en a inspiré l’idée, merci Patrick (qui est un vrai héro, lui) 🙂 ! Puis par ordre de réception du plus récent au plus ancien.
Merci à vous c’est top !

 

WP_20170525_007

En bateau dans la Manche avec Patrick

20728151_10213692074958608_8586416728149247063_n

Avec de bons vieux souvenirs avec Marcelo et Gérald (BHD BHD) au Canada

 

IMG_20170815_115211332.jpg

En mode antique, à la Porte d’Apollon à Naxos avec Pascal

 

FB_IMG_1504556323248

En version mystique, à Angkor, avec Jérôme

 

20170813_120351

Bien au chaud, dans le Sud Tunisien, avec Anahy et Eric

 

IMG_3390

Dans le crépuscule Basque avec Annabelle et Cédric

 

A l’autre bout du monde en Nouvelle-Calédonie, avec Romain (de loin l’exemplaire le plus proche de l’Antarctique pour un bon moment 🙂)

 

Entre ciel, terre et mer, dans le Sud-Ouest avec Morgan

 

19221809_10155207107630801_3320309351132402561_o.jpg

Sur une plage Catalane, à l’abri du sable, avec Mauricio

 

19400441_10155522749549885_199302094499665337_o

En pleine conscience avec Delphine, à Grenoble

 

IMG-20170624-WA0006

A la fraîche à Formentera avec Christophe et une Lady Blue signée Christophe Eymery

 

IMG_4027.jpg

Quelque part à 300km/h dans un train, avec Régine (là il y a private joke)

 

19105503_10213213904371115_354719694046840604_n

En Alsace du sud et en beauté avec Lisa

 

19029566_1515065031877649_3831266349645524650_n

A la plage en Bretagne avec Gwen

 

18581519_1894066250854022_3712934838057714586_n

Tranquillou à Paris avec Martine

 

Lorsque mes ailes ont brûlé, que ce soit la faute à pas de chance, à Dieu, au chaos quantique, à mes angoisses, à mes vies passées, à mon karma, à la malbouffe, au travail, aux pesticides, à la génétique, à m’être pris pour Icare ou à quelques explications que ce fût, j’ai décidé de graver leur empreinte encore vivace dans l’encre et le papier pour partager avec vous la vue d’ensemble, le sens et la beauté qu’elles m’ont offerts en cette vie : ainsi est né Antarcticas.

Maintenant, chers lectrices et lecteurs, le roman randonne pour moi, qui ne le peut plus guère, à travers vous et de par le monde, comme le rêve embrumé de ce vol magique.

Alors, si vous avez aimé mes paysages intérieurs, faites-moi voyager à votre tour en m’envoyant une photo du livre (par message ici même, par facebook, par mail…) depuis vos lieux de lecture à travers le pays et le monde : ça me fera très plaisir !

La guigne et la lumière: la vie des exemplaires handicapés et collectors

Voilà, l’expérience d’un défaut sur le premier tirage dont une partie a été envoyée, c’est un coup dur moralement car on est forcément déçu. J’avoue, dans un premier temps, cela m’a abattu.

Et puis, j’ai regardé les exemplaires concernés dont je dispose et je me suis dit : quel gâchis.

Après quoi, j’ai pensé : sommes toutes, se sont des collectors uniques… qui sait si cela n’aura pas sa place dans la vie et l’histoire (d’ores et déjà mouvementée) de ce roman  ?

Et, enfin, je me suis dit : après tout, ces exemplaires ne méritent-ils pas une vie eux aussi, bien qu’ils soient légèrement handicapé comme leur auteur ? Et j’ai décidé de leur donner une existence en propre, car ils le méritent également. Aussi, je vais les laisser dans des lieux publics, accompagnés d’un mot dédicacé, à la lecture de qui les trouvera.

De la sorte, malgré leur défaut, ils vivront et auront leur usage et leur valeur. Ils offriront un moment inattendu à des personnes dont j’ignore tout et qui ne connaissent rien de moi, et accessoirement, ils élargiront le spectre des lecteurs.

La dédicace de ces ouvrages est la suivante :

« Ceci est un mot de l’auteur.

Lors du premier tirage du roman, un défaut a frappé certains exemplaires les rendant non commercialisables. Plutôt que de les jeter, j’ai souhaité leur donner vie en les laissant à qui les trouvera dans des lieux publics. Si vous lisez ces mots, vous faites partie de cette chaîne et de l’histoire mouvementé du livre que vous tenez en main.

Je vous invite à le lire, si vous en avez envie, puis, si vous l’avez aimé, à visiter mon blog (www.antarcticas.fr), à le partager sur les réseaux sociaux et même, si vous pouvez vous l’offrir, à acheter Antarcticas. Si vous n’avez pas aimé, vous pouvez aussi visiter mon blog pour vous exprimer.

Lorsque vous aurez fini votre lecture : si vous êtes juste, vous le laisserez à votre tour dans un lieu public, ou le ferez circuler à un ami ; si vous êtes tête en l’air ou égoïste, vous le garderez sur une étagère oubliée ; enfin, si vous n’êtes vraiment pas malin, vous le jetterez.

Je vous souhaite une agréable lecture, malgré le handicap ponctuel dû au défaut d’impression. Bien à vous cher inconnu(e),

Etienne »

Si vous avez eu un de ces exemplaires en main, n’hésitez pas à me faire part de son histoire avec vous, sous forme de commentaires. Je serais ravi d’avoir de leurs nouvelles.