La rupture du cycle de la matière organique

Le cinquième marqueur de l’effondrement (ou la 5ème plaie) dans le roman -bdont me parle beaucoup de lecteurs – est bien une invention de ma part. Pourtant, comme nombre de mes spéculations, elle pourrait se révéler exacte.

Pourquoi avoir intégré cette plaie ?

Je souhaitais attirer l’attention du grand public sur la fragilité et l’importance vitale des sols. Presque personne ne sait ce qu’est un sol et comment il fonctionne. Or les sols sont une interface (ou plutôt « L »‘interface) entre la matière vivante et la matière minérale. Ils sont formés par une sorte d’émulsion entre particules de matière minérale issues de la roche mère sous-jacente et matière organique morte provenant de la surface. Et qui assure cette émulsion ? Entre autre les arthropodes, mollusques et bactéries du sol mais aussi les conditions climatiques qui déterminent un certain nombre de réactions chimiques. Au bout du processus, on obtient le complexe argilo-humique, dont la qualité est déterminante dans la fertilité des sols et leur capacité de rétention d’eau.

Ainsi, un sol est un objet complexe, presque vivant et indispensable à toute végétation et vie terrestre. La sensibilité de notre qualité de vie au bon fonctionnement des sols est majeure… et bien souvent ignorée.

Comme je l’ai expliqué dans les podcasts et interviews, je tenais également à faire toucher du doigt la notion de services écosystémiques. Ce vocable exprime les services rendus gratuitement par les écosystèmes qui servent à la société humaine. En occurrence, l’activité de la faune du sol qui dégrade la matière organique morte et permet son intégration au fameux complexe argilo-humique. Je crois que cet exemple est particulièrement explicite, notamment lorsque Ashkat affronte la tempête de merde découlant de la rupture de ce service.

Mais alors, est-ce plausible ?

Sur le principe, ce phénomène est plausible. Si l’entomofaune et les bactéries du sol sont détruites à grande vitesse, l’écosystème deviendrait incapable de dégrader et assimiler la matière organique morte. Néanmoins, le phénomène se trouverait local et ponctuel dans le temps lors de la transition entre écosystème fonctionnel et la désertification inévitable suivant la disparition du sol. De sorte que la manière dont le traite le roman – comme d’un phénomène général – a peu de probabilités de se réaliser ou alors pendant une courte période de temps.

Qu’en est-il des données scientifiques concernant ce sujet ?

Je n’ai trouvé aucune référence à ce risque dans la littérature scientifique, bien que de nombreux experts s’inquiètent de la mort des sols (notamment du fait des pratiques agricoles intensives). Je n’ai pas trouvé non plus d’études portant sur l’érosion de la biodiversité des sols – qui représente 80% de la biomasse continentale – et ses conséquences. Néanmoins, l’effondrement observé chez les insectes affecte sans aucun doute aussi les arthropodes du sols et au moins un cas de ver de terre invasif est bien documenté. En substance donc, peu de raison de douter que la biodiversité des sols soit tout aussi malmenée que les autres, plus visibles et appelant à plus d’empathie. De même, le changement climatique (température et précipitations) va modifier les réactions biochimiques des sols mais aussi l’habitat de leur faune – souvent peu mobile sur de grandes distances et donc bien en peine de suivre les conditions propices à leur développement en migrant.

En conclusion : bien que très mal documentée, la rupture du cycle de la matière organique pourrait se produire localement ou globalement dans les décennies à venir. Dans cette hypothèse, le coût pour les sociétés humaines s’avérerait colossal, voire fatal du fait de la désertification qui en découlera.

Dernière raison qui a emporté ma décision de retenir ce marqueur de l’effondrement dans le roman… tout simplement, son côté « nouveau » qui change un peu des poncifs « changement climatique, montée des eaux et disparition des écosystèmes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s